du 27/06 au 19/07 2009
LE COMPLEXE DE RITTBERGER, ou la ronde infinie des obstinés
autour de la fondation AVICENNE
organisée par Glassbox
Exposition de : A l'origine du monde des anonymes.
(Sculpture, vidéo, installations dans le bâtiment de Claude Parent)

Du 27 juin au 19 juillet 2009, 15 artistes investissent à leur tour la fondation Avicenne :
Paola Anziché, Alix Barbey et Jean Fernandez, Armand Behar, Pascal Bircher, Gosia Bojkowska,
Collectif KIT, Guillaume Goutal, Lefevre Jean Claude, Yann Lévy, Fabrice Panichi, Laurent Le Deunff,
Emilie Schalck, Canelle Tanc, Frederic Vincent, Julia Rometti et Victor Costales,
(U)LS (Amélie et Alexandre Fauvet), sont les nouveaux « metteurs en scène » des lieux.
Les oeuvres qu'ils produisent, s’inscrivant dans un bâtiment inaccessible au public
qui les percevra donc de l’extérieur, inversent les données habituelles de l'exposition.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, le nom donné à cette exposition prend sa source
dans l’histoire du patinage artistique. Ainsi, celui qui éxecute un Rittberger pratique
une rotation sur lui même. Nous insistons sur l’importance de cette pirouette en
tant qu’agent métaphorique, car ce titre comporte à lui seul les options de contournements
qui sont autant de points communs entre les pratiques des artistes invités, l’identité
de Glassbox retrouvée par la boite en verre et la fougue de jeunesse qui caractérise
ce bâtiment conçu et réalisé dans les années 60.
Et puis, il y aurait peut-être un point
commun entre l’étonnant escalier extérieur de la fondation Avicenne et la figure du Rittberger.
Hypothèse fantasque, retournement délicieux capable de confondre les lieux en une réseve
pour inserts d’oeuvres dont les caractéristiques seraient de prolonger cette idée de la boucle
sans y adhérer formellement.
La boucle et le tracé sont donc des motifs récurrents mais
non exclusifs dans les oeuvres réunies pour cette exposition.
C’est aussi le parcours emprunté par le public qui souhaite les découvrir.